Méthodologie de travail initié par des designers et pour des designers, on va essayer de voir qu’est ce que le design thinking, et retrouver dans cette fiche tout le processus pour mettre en place cette démarche dans vos projets. L’intérêt pour moi n’est pas de vous faire tout l’historique du design thinking mais plutôt de voir où se trouve l’intérêt de l’utiliser. Soulignons que cette méthode s’applique évidement pour tous les projets digitaux mais aussi pour tout autre type de projet comme la conception de produit physique ou le test utilisateur.

L’intérêt du design thinking ?

L’intérêt est triple : 

  • Gagner de l’argent
  • Gagner du temps
  • Passer à l’action

Grâce au design thinking, vous allez gagner de l’argent car la conception de ce prototype sera bien évidemment moins chère que la création d’une interface complète. A fortiori, si vous faites ce prototype, que vous validez une cible et un marché, la rentabilité consécutive sera bien plus forte que si vous partez directement en production sans valider tous ces éléments au préalable. Faites moi confiance, des utilisateurs satisfaits car vous solutionnez leurs problèmes n’ont que faire d’un beau design. Cette étape viendra bien plus tard.

Vous gagnerez du temps sur la production future de votre projet car vous allez construire une interface utile pour vos utilisateurs. Au delà de cela, vous allez pouvoir anticiper tous les problèmes et ainsi déterminer toutes les étapes consécutives à la mise en production de votre produit.

Bien évidemment, l’utilisation du design thinking et la conception d’un prototype permet de passer à l’action rapidement et y laissant le moins de plumes possible. Je vois trop souvent des projets qui tombent à l’eau par manque de détermination, ou car la montagne à franchir est bien trop grande pour le chef de projet. Il est bien plus facile de monter un prototype en quelques jours avec une fonctionnalité principale clé, valoriser par une communauté de premiers utilisateurs, que de chercher à créer toute une interface complexe, avec une arborescence profonde, construite sur plusieurs mois dont on ne sait pas si elle sera valorisée sur le marché.

>>> Vous pouvez retrouver toute cette méthode dans ce livre : Le design sprint de Jake Knapp

 

Le processus du design thinking ?

L’immersion ou avoir de l’empathie

Dans le processus de design thinking, l’empathie est le maître mot (dans tous les projets digitaux d’ailleurs …) En effet, votre volonté n’est rien dans le digital. Ce n’est pas votre degré de volonté qui va déterminer la réussite de votre projet ou non. Vous devez orienter toutes vos pensées et vos actions par rapport à une cible, un persona ou un futur utilisateur. Vous devez alors chercher à “vous mettre à la place de” plutôt que de “penser à la place”.

Comment faire pour s’immerger grâce à l’empathie ?

Il faut que vous cherchiez à vous mettre à la place de votre futur utilisateur. Vous devez vous demander quels sont ses problèmes, quels besoins a-t-il ? Vous mettrez alors ces problèmes en relation avec vos interfaces (si vous êtes dans le cas d’une refonte) ou par rapport à un système déjà existant si vous souhaitez tester une innovation.

Vous rentrez dans un processus scientifique. En effet, en plus de ces questions, vous aller chercher à créer de l’information en étant au plus proche de votre cible. Pour cela, le meilleur moyen reste les interviews. Vous allez interroger la cible que vous souhaitez attendre et informer ou confirmer vos hypothèses. (vous comprenez l’idée du processus scientifique 😉 )

Bref, l’objectif est de déterminer un paint point central que vous allez chercher à solutionner.

L’idéation

À partir ce processus emphatique, vous allez trouver des solutions. Vous chercherez le plus de solutions possibles. Il n’ y a pas un nombre précis et idéal d’idées à avoir mais un nombre assez significatif afin de pouvoir prendre une décision sur une base de réfléxion concrète.

La décision

Face à ce listing d’idées, vous choisirez une solution.

Le prototypage, “faire un prototype, vaut mieux que 1000 réunions”

Concrètement, nous passons à la phase de prototypage où vous allez créer un prototype de votre interface. L’objectif est d’avoir un outil qui soit de mauvaise qualité, sans forcément de recherche design mais qui permette de solutionner au mieux le pain point que vous avez déterminer en amont.

L’objectif ici n’est pas d’avoir un produit fini, loin de là mais plutôt un produit que vous allez améliorer au fur et à mesure des tests utilisateurs que vous allez faire. Vous allez chercher à construire une interface le plus rapidement possible pour pouvoir faire des modifications (itérer) rapides et précises.

La question du design et de la beauté viendra bien plus tard. Ces phases de prototypage et de tests ont pour vocation principale de valider une idée et notamment un marché potentiel. Garder toujours à l’esprit que les utilisateurs (notamment les early-adopters) n’ont que faire d’une belle interface tant qu’elle solutionne leurs problèmes.

Vous avez l’opportunité de créer un prototype avec :

Le test utilisateur

Enfin, il faudra que vous terminiez le processus en faisant des tests utilisateurs. Ils vous serviront à mettre à l’épreuve votre prototype et voir si la solution choisie était bien la bonne. En fonction des résultats obtenus, vous allez faire des modifications sur ce prototype pour l’améliorer.

Comment faire des tests utilisateurs ?

  • Appel téléphonique et / ou visio en posant des questions
  • Test en physique en mettant l’interface dans les mains de la cible et voir comment elle l’utilise

 

>>> Vous pourrez aller plus loin en retrouvant les 10 croyances par rapport au design sprint